dimanche 15 avril 2018

Tagore et Mâ

Partons pour l'Inde avec Rabindranath Tagore. J'ai été séduite par sa voix et par la lumière de ses mots. Ce poème-ci en particulier nous parle si bien de notre condition d'humains chercheurs de sens. Tout est là et rien n'est perdu, c'est magnifique.



"Ce jeu qui est le tien 
C'est de nous balancer
Au rythme d'une mélodie silencieuse
De nous balancer sur ta balançoire.
Tu nous fais monter jusqu'à la lumière
Et brusquement tu nous précipites
Au fond des ténèbres.
Quand la balançoire remonte
Ce sont des rires joyeux.
Quand elle redescend,
ce sont des cris de peur.
Ce trésor qui est le tien
Tu le fais passer de ta main droite
à ta main  gauche
Et encore et encore.
Assis dans la solitude
Tu rassembles les soleils et les lunes
Et tu les fais tourner sans cesse
Tu les dévoiles et ils sont nus
Puis tu les habilles d'un voile
qui nous les cache.
Croyant que les trésors
de notre cœur
nous ont été arrachés
nous pleurons des larmes inutiles.
Mais tout est plein et complet
Rien n'a été perdu.
Il n'y a que la balançoire
Sans cesse, qui va et qui vient."
Rabindranath Tagore




Continuons avec l'Inde et cette grande figure qu'est Mâ. Une autre manière de nous dire que tout est en nous.
"L'appeler à grands cris n'est jamais vain et il faut continuer à prier tant que vous n'avez reçu aucune réponse. Ce n'est que le Soi qui s'appelle lui-même, et nul autre que le Soi ne se réalise Lui-même. Une prière incessante permet de trouver celui qui est la totalité (akhanda)."
Mâ Ananda Moyî



Terminons avec Rabindranath Tagore, et cette phrase que je trouve splendide, elle nous donne une clé, la clé de la joie :
"Je dormais et je rêvais que la vie n'était que joie. Je m'éveillai et je vis que la vie n'est que service. Je servis et je compris que le service est joie." Rabindranath Tagore

dimanche 8 avril 2018

Programme du trimestre

Comme chaque trimestre,  l'association Altaïr vous propose des activités que nous avons plaisir à vous présenter.
Ce trimestre, nous avons prévu une soirée étoilée le 1er mai. Vous savez que nous les aimons particulièrement. Et même si la météo nous oblige parfois à les annuler ou les reporter, nous tenons à les continuer car ce sont de très beaux moments. 



Puis, le 6 juin, Sylvie Lafuente Sampietro animera un atelier d'astrologie interactif. Ces ateliers sont l'occasion de découvrir comment nous vivons un sujet particulier, ici le féminin, à travers notre thème natal. Celui-ci sert de base à notre exploration et nous sommes guidés tout au long de la soirée par Sylvie lafuente Sampietro. Que vous connaissiez ou non l'astrologie, c'est une belle opportunité d'en savoir un peu plus sur vous-mêmes.



Et nous avons toujours dans notre local, l'exposition des œuvres de Myrrha, que vous pouvez découvrir lors des séances d'ouverture au public dont les dates vous sont précisées ci-dessous.
L'exposition se terminera fin juin, profitez de ces dates pour venir nous rendre visite !




Nous vous souhaitons un très beau trimestre, nous espérons vous retrouver pour ces manifestations où nous serons très heureux de vous accueillir.

dimanche 1 avril 2018

Poésie de l'instant

Des poèmes courts qui à chaque fois expriment l'essentiel : la beauté du moment, une sensation ou un sentiment fugitif suggéré par la nature. Les haïkus.
"Lisons. Écoutons cette façon inimitable de faire sourdre l'invisible. Comme une perception accélérée de l'instant. Comme si la nature, tout soudain, prenait la parole à la place de l'homme, telle une extension de lui-même et de ses émotions. Le poète contemple la lune (ou serait-ce l'inverse ?) _ leurs visages se reflètent jusqu'à se confondre. Voici le monde offert pour ce qu'il est : un espace où s'entretissent infiniment tristesse et beauté."





Une nuit au temple _
la lune
au plus clair de mon visage
Bashô
"Absorbons ces poèmes qui font écho au souhait rilkien d'"entendre chanter les choses." Des poèmes lâcher-prise, écrits par des fous de poésie. Ils n'imposent rien, ils offrent, ils tendent, ils éclosent. Ils disent une "reconnaissance" . Ils sont une "folle sagesse"mise en poésie." (extrait de la préface du livre : Haïku par Corinne Atlan et Zeno Bianu)




A la surface de l'eau
des sillons de soie_
pluie de printemps
Ryôkan

Vieil étang _
au plongeon d'une grenouille
l'eau se brise
Bashô

Valsent les papillons_
je parle
avec les morts
Yokoyama Hakkô




Une autre forme de poème court mis à l'honneur récemment par François Cheng permet aussi la fulgurance. Il est peut-être plus adapté à la langue française, qui rend difficile la traduction du japonais. François Cheng sait merveilleusement associer sa culture chinoise avec la culture française, en particulier dans ces quatrains..

De flamme et d'azur
Alouette au chant pur,
D'un bond, tu accèdes
A la plus haute fête !



La nature en nous, ouvre ses métamorphoses,
Lys s'éveillant nuage, et dragon phénix.
Monts et mers, vaste réserve inépuisable,
Qu'englobe pourtant ce cœur nôtre, infime.