dimanche 12 novembre 2017

Désir de liberté



"Ah ! Tournesol, lassé du temps,
Toi qui comptes les pas du soleil;
En quête de ce doux climat doré
Où s'achève le périple du voyageur;
Où le jeune homme dépérissant de désir,
Et la vierge pâle enlinceulée de neige,
Se lèvent de leur tombe et aspirent
Vers où mon Tournesol souhaite aller !"
William Blake (Les champs d'expérience)




William Blake considérait que la conception propre à la rationalité mécanique qui s'imposait à la fin du XVIII e siècle, avec le tournant de l'industrialisation, "en réduisant l'univers et les hommes à un ensemble de rouages, nous mutilait gravement. L'arbre qui nous apprend la droiture, la rivière qui parcourt le pays, l'abeille qui anime l'univers, l'oiseau qui ouvre le ciel, ne sont plus désormais porteurs d'aucune présence, d'aucun sens. Ils ne sont que des ressources que l'on peut exploiter. Le monde serait mort, nous disent les prêtres de cette nouvelle religion. Est-ce acceptable ?"
"La poésie vise à nous faire entendre une autre langue, une langue qui ne nous apprend pas à tout contrôler, mais à nous ouvrir au mystère du réel. Elle nous enseigne ainsi qu'un être humain n'est pas "une ressource", qu'un infirmier qui soigne ceux qui souffrent n'est pas "un agent", que des élèves ne sont pas "un public".
Telle est la leçon du tournesol. Son désir d'atteindre quelque chose de plus haut, de sortir de sa condition, de s'élever est aussi celui de tout être humain. Le poème est là pour nous le rappeler. Il cherche à réveiller en nous le désir le plus haut et le plus juste."  Fabrice Midal




William Blake voulait rendre l'homme à la vie, lui rendre le seul vrai regard, celui de la poésie.
"Si les fenêtres de la perception étaient nettoyées, chaque chose apparaîtrait à l'homme pour ce qu'elle est _ infinie. "William Blake
La poésie, qui est en nous, nous offre l'immensité, dont nous sommes privés.
"Ne comprends-tu pas que le moindre oiseau qui fend l'air
Est un monde de délices fermé par tes cinq sens ?"William Blake
Il est question avec Blake d'être vivant et de libérer en nous "le plus haut désir qui nous habite, le désir d'éveil, de liberté, de tendresse et d'amour."(Fabrice Midal).
N'est-ce pas là une nécessité ?





dimanche 5 novembre 2017

Automne flamboyant



Couleurs d'automne sous un soleil d'été.
Légèreté nécessaire pour vivre sans contraintes.
Départ pour ailleurs, pays, livre, rencontre,
Tout est possible et tout peut être dit
Chaque jour.





L’automne 

"Quand la vie est une forêt
Chaque jour est un arbre
Quand la vie est un arbre
Chaque jour est une branche
Quand la vie est une branche
Chaque jour est une feuille"
Jacques Prévert




"De temps à autre, faites retraite dans les livres, ceux que vous aimez entre tous, ceux qui nous ouvrent grand les portes de l'évasion, ceux qui nous parlent aventure, voyage et paysage par exemple, du lever du soleil, de la pêche à la mouche, ce sujet métaphysique, du chant des merles au printemps, à la tombée du jour, tel le chant que sifflait Gerda pour son amoureux Wolf Solent dans le roman de Powys (un écrivain qui sut vieillir heureux). Fréquentons assidûment les morts aimés, pas si morts que ça après tout, plus vivants entre les pages, plus proches et amicaux et bénéfiques, que nombre de nos contemporains.  Ils ont peut-être quelques conseils de sagesse à nous donner, inspirés par leur exemple, non par des prêches, ils y répugnent. La vieillesse, qui, croit-on, est usure et anxiété et, bien souvent, lutte à contre-courant, lourde et lente, se fera plus légère, moins visible, le plaisir ayant pour effet de donner des ailes_certaine illumination venue de l'intérieur." Christine Jordis




"
la cause principale de ces vagues soudaines et inexplicables de bonheur qui nous emportent en d'étranges voyages vers les rivages retirés de la terre de nos désirs, c'est la vue de la branche d'arbre qui s'étire au loin et qui, si nous la contemplons, paraît flotter sur un océan d'air, un  océan mystique; océan tellement liquide, d'un air tellement transparent, qu'il va se fondre dans l'horizon, et que la branche qu'il porte semble attirer à elle, en l'arrachant à l'immensité, le secret même de la vie et de la mort." John Cowper Powys